Default Settings – Plastic #10

In 2020-21, I co-designed and piloted an experimental storytelling project called ‘Default Settings’ through Marco Polo Projectwith Matthew Ziccone as co-designer, Maddy Bean as producer, and Kay Stavrou, Declan Fry and Xueqian Zhang as associate storytellers. Default settings is an experimental creative project exploring questions of reflectivity, discourse, polyphony and audience agency. It invites a digital audience and a small cast of diverse associate storytellers to reflect on the various intersecting story-worlds that they inhabit, and stretch their capacity to create a common world by interweaving different stories, stemming from different traditions.

Default settings presents five storytellers, sharing stories in five parallel zoom breakout rooms. The audience moves room to room every two minutes, then takes part in a facilitated reflection to make sense of the experience. The only constraint for storytellers was a strict 22 minute time limit, and using the keyword ‘plastic’ for inspiration. The experiment involved playing with different languages: it was a chance for me to embrace my new digital persona as ‘calm, original and gently shady’, and go back to writing in French. I ended up writing a long philosophical reflection on the theme, in 11 parts, which I will share in 11 short posts.

La comédie, c’est l’art de repousser la catastrophe – non pas l’éliminer, ni même en réduire le risque, simplement faire en sorte qu’elle arrive plus tard, demain, pas aujourd’hui. Parce qu’on sera mieux préparés, peut-être, et les conséquences seront moins graves. Ou si on ne l’est pas, le même génie pourra toujours nous offrir un autre délai. Et même si ça n’arrivait pas, on a toujours gagné vingt-quatre heures à vivre. C’est à cela que tend l’action des personnages comiques, c’est vers ce but qu’ils sont guidés par leur intelligence. Vivre un peu plus longtemps. Prolonger les choses.

C’est aussi, selon Moretti, le génie du roman chinois. Dans un passage de son essai Distant Reading, il analyse ainsi le Rêve dans le Pavillon Rouge par contraste avec les romans picaresques européens. Alors qu’en Europe, le roman présente les aventures d’un personnage central qui se transforme à mesure que des événements lui arrivent, en Chine, chez Cao Xueqin du moins, l’art du romancier consiste à présenter un ensemble de personnages dont l’action collective vise non pas à faire évoluer la situation, mais à la maintenir en place. Tout le plaisir, pour le lecteur, c’est d’observer le triomphe d’une intelligence humaine qui sait éviter le scandale, la faute, ou l’embarras.

La comédie, donc, serait un art conservateur. C’est un art de la durée, qui pour ses métamorphoses, requiert un arrière-plan stable. Sa limite, donc, c’est qu’elle dépend d’un bien préalable. Le pouvoir est aux mains d’un vieillard qu’il faut tromper, certes, mais ce pouvoir est là, sous une forme héritée, qu’il s’agisse d’argent, de terre, ou de titres. De même, la ville comme lieu du comique et des possibilités n’est pas tant la ville neuve, mais la ville existante, dont les rues et les bâtiments – de même que le language et les mœurs – sont la lente concrétion d’un passé commun.

La question qui se pose au génie comique est donc aussi toujours, sur les épaules de qui te tiens-tu debout ? Qui, donc, a fait les masques, écrit les mélodies, developpé l’infrastructure et le répertoire de formes dont tu dépens pour ton existence ? Et si tu sais lutter, si tu sais même triompher pour un temps contre la lumière qui s’éteint – sait tu créer du vraiment nouveau ? Sauras-tu régénérer le monde ? Ou faut-il, pour cela, faire appel à quelque autre pouvoir ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s