Default Settings – Plastic #8

In 2020-21, I co-designed and piloted an experimental storytelling project called ‘Default Settings’ through Marco Polo Projectwith Matthew Ziccone as co-designer, Maddy Bean as producer, and Kay Stavrou, Declan Fry and Xueqian Zhang as associate storytellers. Default settings is an experimental creative project exploring questions of reflectivity, discourse, polyphony and audience agency. It invites a digital audience and a small cast of diverse associate storytellers to reflect on the various intersecting story-worlds that they inhabit, and stretch their capacity to create a common world by interweaving different stories, stemming from different traditions.

Default settings presents five storytellers, sharing stories in five parallel zoom breakout rooms. The audience moves room to room every two minutes, then takes part in a facilitated reflection to make sense of the experience. The only constraint for storytellers was a strict 22 minute time limit, and using the keyword ‘plastic’ for inspiration. The experiment involved playing with different languages: it was a chance for me to embrace my new digital persona as ‘calm, original and gently shady’, and go back to writing in French. I ended up writing a long philosophical reflection on the theme, in 11 parts, which I will share in 11 short posts.

Pour un temps, quand j’étais parisien, j’ai cultivé ma capacité à trouver les choses drôles. J’ai ri beaucoup, de beaucoup de choses. Et j’irritais les gens. Je me souviens d’un jour où j’étais allé voir Inland Empire de David Lynch avec Philip, dans un cinéma des Grands Boulevards. Il y a cette scène grotesque au milieu du film, où des personnages en costume de lapin dansent dans le salon d’un pavillon de banlieue sur l’air de Locomotion par Kylie Minogue. En quelques secondes, le fou rire m’a pris. C’était un rire plein d’admiration, qui célébrait le génie de Lynch. Vies banlieusardes aliénées par la musique populaire, lapins de pub Duracell et leur enthousiasme sans but, mystères d’une sexualité bestiale, le rêve américain comme rêve du mouvement perpétuel, et son expression tordue capturée par la caméra d’un génie californien – toutes ces pensées me venaient à la fois, causant un rire fort, joyeux, libérateur. Mais dans le cinéma, les autres spectateurs m’ont beaucoup regardé de travers. David Lynch, c’est du sérieux.

Je me souviens d’une autre scène de rire mal à propos. Mon ami Radu, compagnon de rire à l’époque, m’avait emmené dans un théâtre où l’on montait une pièce roumaine qu’avait traduit sa sœur. L’histoire m’échappe maintenant, j’ai seulement souvenir de ma perplexité devant des scènes grandiloquentes et des personnages caricaturaux, jusqu’à ce que l’un d’entre eux dise, si je me souviens bien, qu’un des grands vices du régime, c’est de présenter la comédie comme une tragédie. Croyant trouver dans cette phrase une clef de lecture pour la pièce, j’ai libéré mon rire en plein. Ces personnages ridicules et leurs phrases enflées, j’en riais à grand cœur. Comme dans le cinéma des grands boulevards, je voyais des regards de côté fâchés. Une jeune femme s’est même tournée vers moi pour me dire, ‘écoutez, sortez, vous n’avez donc aucun respect’, et moi perplexe, entre deux rires, qui lui dis ‘mais c’est une comédie’.

A la fin de la pièce, il y avait un cocktail improvisé. L’auteur est là, il remercie les acteurs et les spectateurs, puis dit ‘certains semblent avoir compris que ma pièce était une comédie’ – je lève les yeux vers lui, pour rendre hommage à son génie, ‘mais ce n’en est pas une.’ Je garde le silence, perplexe, en pensant ‘Quel dommage : c’est la chose la plus drôle que j’ai vue cette année’. 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s